Point de vue des politiques

La loi hadopi à été promulguée et mise en place par le gouvernement Sarkozy, de droite, ce qui fait que la gauche la désapprouve complétement. Pour la droite, cette loi est là pour protéger les droits des artistes et surtout des maisons de disques. Pour elle, les droits d’auteur existent pour inciter à la création et par la même au progrès de l’humanité. Pour illustrer, je dirais que c’est grâce aux droits d’auteurs que l’humanité est passée de Mozart à Rebecca Black  (la notion de progrès reste à discuter). En dehors du monde seul de  la musique, le droit d’auteur est aussi là pour protéger l’auteur d’une idée de son vecteur:  Sans les droits d’auteurs, rien n’obligerait le libraire à reverser des royalties à l’auteur lors de la vente de ses œuvres.  Il n’y aurait aucun intérêt à être la vache à lait d’un libraire qui aurait au final tout les mérites de la création de l’œuvre.

Pour la gauche, la loi hadopi n’est pas là pour défendre les artistes mais les maisons de disques.  Les œuvres culturelles doivent être accessible à tout le monde et ne devrait pas servir à générer une recette. La loi Hadopi promulguerait un système qui ferait d’artiste un métier à salaire fixe: cela ferait de la musique et du cinéma non plus un art mais une industrie de divertissement, ce qui lui ferait perdre tout son attrait. Le conseil constitutionnel à refusé cette loi dans un premier temps car elle enfreignait l’article 11 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen (la liberté d’expression). La loi a fini par passer au bout du deuxième essais, après émasculation en règle de la moitié de ses articles.

L’opposition en général pointe du doigt le fait que cette loi a été créée pour des raisons autres que la protection des droits d’auteur. Il semble en effet étrange qu’une loi qui légalise un espionnage d’une grande partie de la population pour protéger les intérêts de quelques grandes entreprises et à moindre mesure de quelques artistes puisse voir le jour sans qu’il ne s’agisse d’un manière détournée et vaine de contrôler internet. Dans la mesure ou tout un arsenal de surveillance et de censure est déployé pour protéger les œuvres de quelques artistes ( qui sont donc plus importantes que les libertés individuelles ) il peut sembler légitime que cette loi puisse avoir la prétention d’aider notre gouvernement à protéger ses intérêts face à la perte de son monopole de la parole publique au profit de sa démocratisation par le biais du web. Cette loi semble donc plus efficace pour porter atteinte à la liberté d’expression et à la vie privée qu’a protéger nos artistes des griffes des pirates. Après ce n’est peut être pas voulu.

Pour conclure je vous laisse avec cette intervention du député ps Patrick Roy contre cette loi à l’assemblé:

« Et perdants aussi [seront] les artistes, car quand ils vont se réveiller , pour ceux qui croient encore à vos chimères, madame la ministre, ils vont se rendre compte que, à l’évidence , il n’ya pas un seul euro, pas un seul… (C.Albanel l’approuve à ce moment là) vous voyez que j’ai raison! Pas un seul euro ne partira pour les artistes, même madame la ministre approuve ! »  Patrick Roy, à l’assemblée nationale lors de la deuxième lecture de la loi hadopi à l’assemblée générale

(Lien vers la vidéo:http://www.youtube.com/watch?v=0axDgO3cpg8)

(Christinne Albanel est l’ex ministre de la culture, défendant la loi hadopi; ndla)

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :